La place et l’évolution de la langue française en Roumanie

par S.E. Sabin POP, Ambassadeur de Roumanie

Image illustrative de l'article Armoiries de la Roumanie
Par [1], [2], [3], Domaine public, Lien

Considérations générales

Selon le « Rapport sur l’état de la Francophonie dans le monde » publié dans les années 90 par le ministère des Affaires étrangères français, « un Roumain sur quatre connaîtrait le français et le pays compterait 27% de francophones ». Aujourd’hui, la présence de la langue française en Roumanie est en plein essor : outre les 4 instituts et centres culturels (situés à Bucarest, Cluj-Napoca, Lasi et Timisoara) et les 5 filiales de l’Alliance française (à Brasov, Constanta, Medgidia, Ploiesti et Pitesti), il y a des
dizaines de sections bilingues ouvertes au niveau secondaire d’enseignement et des multiples filières francophones de l’enseignement supérieur. Grâce aux programmes d’échanges, environ 5000 étudiants roumains ont l’occasion, au cours de leurs études, d’effectuer un séjour universitaire en France ou dans un autre pays francophone européen. À leur tour, les étudiants provenant des pays francophones peuvent bénéficier, au cadre des mêmes programmes d’échanges, de séjours universitaires en Roumanie. Dans le domaine de la formation doctorale, le système de diplôme en co-tutelle est également en pleine expansion. À partir du 1er février 2007, date de l’adhésion effective de la Roumanie à l’Union Européenne, ce chiffre augmentera, suite à la stratégie politique européenne d’encourager la mobilité pour favoriser le développement de compétences et de l’expérience de l’individu et contribuer à optimiser le potentiel économique de l’Union. La Francophonie dans l’Europe Centrale et Orientale. La Roumanie s’est prononcée en faveur du renforcement du Pôle de la Francophonie en Europe Centrale et Orientale. Cette démarche est imposée par la nouvelle architecture internationale et s’inscrit dans une logique d’extension et d’accomplissement de la dimension Nord-Sud de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), poursuite dès la création de la Francophonie elle-même. Autour de notre pays, ce pôle comprend à présent des membres à part entière de l’OIF (l’Albanie, la Bulgarie, la Grèce, l’ex-République Yougoslave de Macédoine, la République de Moldova), des membres associés (Chypre) et des membres ayant le statut d’observateur (l’Arménie, l’Autriche, la Croatie, la Géorgie, la Hongrie, la Lituanie, la Pologne, la Serbie, la République Slovaque, la Slovénie, la République Tchèque, l’Ukraine).

La Roumanie francophone : présences majeures de la Francophonie institutionnelle en Roumanie

La Roumanie est le troisième État francophone, après le Canada et Maurice, et le premier en Europe à avoir ratifié la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Par la ratification de cette Convention, la Roumanie veut transmettre un message fort au monde et illustrer le rôle actif qu’elle peut jouer au sein d’organisations internationales comme l’UNESCO ou la Francophonie. Présente sur les cinq continents de la Francophonie, TV5 Monde a pris part active, dès 1991, dans la diffusion des émissions francophones sur tout le territoire roumain. Aujourd’hui, la Roumanie, un des principaux marchés de diffusion de TV5 en Europe, avec une pénétration dans près de 60% des foyers câblés a un nombre de plus de 2 millions d’abonnés qui se réjouissent de la possibilité de suivre ses grilles de programmes. 1998 – Bucarest a accueilli la XIIème Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF) 2000 – La Xème édition des Cours de la Fondation « Nicolae Titulescu », dédiée à la Francophonie Institutionnelle 2001 – La visite officielle à Bucarest du Secrétaire général de l’OIF, M. Boutros Boutros- Ghali 2004 – La visite à Bucarest du Secrétaire général de l’OIF, M. Abdou Diouf 2006 – Le onzième Sommet de la Francophonie ; Bucarest, Palais du Parlement, du 27 au 29 septembre, portant sur le thème « Les technologies de l’information dans l’éducation ». Les actions dédiées à la Francophonie constituent une manière de promouvoir les valeurs de la Francophonie, renforcer la solidarité entre les membres de l’organisation et favoriser la diversité culturelle. De ce point de vue, 2006 a représenté pour la Roumanie un vrai sommet culturel de la Francophonie. Une multitude de manifestations culturelles à caractère francophone ont été organisées en Roumanie. Elles ont été accompagnées par des manifestations culturelles auprès des missions diplomatiques de la Roumanie dans le monde.

Parmi les projets culturels majeurs engendrés en 2006 en Roumanie :

  • L’année de la Francophonie en Roumanie (septembre 2005 – septembre 2006) – regroupant des concerts, des expositions, des festivals, des salons du livre, des colloques, des écoles d’été.
  • Le centenaire Léopold Sédar Senghor (9 octobre 2006) – émission philatélique dédiée à la personnalité de Senghor.
  • 20 ans de l’organisation du premier Sommet de la Francophonie (1986-2006) – concert du 20 mars, réunissant des artistes provenant des pays francophones qui ont organisée au long du temps des Sommets de la Francophonie.
  • Bucarest Francophone (22-30 septembre 2006) – série de manifestations culturelles (expositions, concerts, manifestations de rue, salon du livre, colloques) qui ont eu lieu à Bucarest pendant le déroulement des travaux du onzième Sommet de la Francophonie.

Projets majeurs dans l’avenir


Pour 2007, les autorités roumaines veulent continuer la ligne de 2006, avec l’organisation de diverses manifestations culturelles à caractère francophone comme moyen de promotion des valeurs de la Francophonie et de la diversité culturelle. Au Sommet de Bucarest, la Roumanie s’est engagée à démarrer un projet qui vise la coopération universitaire : la création d’une Université Francophone de l’Europe Centrale et Orientale, centre d’excellence dédié aux étudiants et aux chercheurs du monde francophone une structure souple, qui permettra une meilleure formation des formateurs et qui assurera par conséquent l’amélioration tellement nécessaire des méthodes et contenus pédagogiques. Dans cette perspective, la Roumanie veut augmenter en 2007 la contribution financière destinée à l’Agence Universitaire de la Francophonie, pour des bourses d’étude auprès des universités de Roumanie, accordées aux doctorants et chercheurs
provenant de l’espace francophone.