Quelle école pour demain ?

par Catherine Morin-Desailly

Sénatrice de la Seine-Maritime, Présidente de la Commission de la Culture, de l’Éducation et de la Communication

Le 20 octobre 2018, nous découvrions avec effroi l’agression d’une enseignante du lycée de Créteil par l’un de ses élèves. SI l’image de l’arme factice pointée à quelques centimètres du visage de la professeure est choquante, c’est sa réaction ou plutôt, son absence de réaction qui nous a le plus interpellé. Cette violence, ordinaire, semble avoir été intégrée par le corps enseignant et acceptée par les professeurs comme une fatalité. Si les réseaux sociaux sont, hélas, trop souvent un prisme déformant de la réalité, ils ont été en l’espèce, le révélateur utile d’une rancœur cachée, d’un malaise tabou. Lorsque notre Commission de la Culture, de l’Éducation et de la Communication du Sénat a entendu les syndicats des Directeurs d’établissement, ces derniers semblaient relativiser le sujet. Mais l’affaire de Créteil avait déjà enclenché une prise de conscience sans précédent et le phénomène #PasDeVague était né. « Pas de vague », c’est la formule adoptée par les personnels administratifs de l’Éducation nationale pour minimiser la gravité des comportements violents à l’école et remettre en cause la réaction du professeur et sa capacité à exercer son autorité. Ce phénomène fait état d’un profond mal-être au sein du corps enseignant et pose la question, au-delà du problème de la violence scolaire, du devenir du métier. #PasDeVague doit alors se comprendre comme une critique globale du fonctionnement de l’Éducation nationale. Face à ce phénomène, notre Commission a souhaité entamer une démarche originale dans son mode d’investigation et de suivi. Grâce à une étude réalisée par la Direction de la Communication du Sénat, nous avons pu identifier les enseignants qui s’exprimaient au moyen du mot-dièse #PasdeVague et recueillir les témoignages de cinq professeurs, de représentants des syndicats des personnels de direction et d’un sociologue. Selon nos estimations, 150 555 tweets et retweets ont repris le mot-dièse #PasDeVague. Nous avons recensé 35 « 85 comptes actifs associés au phénomène sur le réseau social sur une période d’activité très restreinte. En effet, 69% des tweets et retweets ont été publiés entre le 21 et le 25 octobre 2018. Twitter a donc accentué la viralité du phénomène. Sur les 125 comptes les plus influents, nous avons découvert que 84% étaient administrés par des professeurs du secondaire. Mais la violence ne se concentre pas dans les collèges et lycées. Dans le premier degré, la particularité tient au fait que les Directeurs d’école subissent de plus en plus les critiques des parents d’élèves. La situation est grave. Le besoin d’écoute et de considération de la part des professeurs s’en trouve exacerbé. Ces incivilités recouvrent différentes formes, physiques ou verbales s’inscrivent dans un cadre de travail déjà sous tension : dégradation du climat scolaire, discipline mal appliquée dans l’établissement, sentiment de solitude et d’abandon chez les victimes de violence, mauvaise relations avec la hiérarchie, etc.

Ce phénomène de banalisation de la violence témoigne du malaise d’une école qui, ces quarante dernières années, a connu la massification de son public et les évolutions de la société avec la perte de l’autorité parentale et éducative. Cette massification s’est faite très rapidement, avec une réflexion tardive sur le socle commun. Les années de règne du paradigme socioconstructiviste ont imposé une méthode pédagogique qui privilégie la construction des connaissances par l’élève lui même au détriment d’une transmission directe des savoirs par l’enseignant. Le Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a souhaité recentrer la méthode de travail sur l’acquisition des savoirs fondamentaux par les élèves. Étant donné sa lettre aux personnels de l’Éducation nationale du 31 août 2018, qui fait pour la première fois référence au respect d’autrui comme partie intégrante du bloc des savoirs fondamentaux, nous attendons des précisions quant au contenu et aux modalités de mise en œuvre de ce programme éducatif. C’est, plus que jamais, un enjeu républicain, car l’école est le miroir de notre société et en a malheureusement cristallisé les tensions. Il faut non seulement s’en donner les moyens mais, avec la redéfinition des priorités, s’attacher aussi à redéfinir l’exercice du métier d’enseignant, qui a été totalement occulté ces dernières années. La détérioration des conditions de travail des professeurs n’est pas étrangère au manque d’attractivité du métier d’enseignant. Notre Commission en avait fait le constat dans un Rapport paru en juillet 2018 intitulé Métier d’enseignant : un cadre rénové pour renouer avec l’attractivité, avant de préconiser une remise à plat de leur recrutement et de leur formation.

Par exemple, est-il pertinent d’affecter un enseignant inexpérimenté dans les zones les plus sensibles ? Nous appelons ça du « bizutage institutionnel« . En obligeant les professeurs à consacrer de plus en plus de temps au maintien de l’ordre, les faits de violence à l’école posent la question de la qualité de l’enseignement et de l’acquisition des savoirs fondamentaux par les élèves. Ce cercle vicieux s’observe davantage dans les établissements les plus en difficulté, sanctionnant alors doublement élèves et enseignants. Cette perte d’attractivité du métier d’enseignant a des effets très concrets. À mon sens, il existe une forte corrélation entre la place de la France dans les classements internationaux, notamment en mathématiques et la diminution du nombre de candidats au poste d’enseignant. Si la légitimité scientifique de ces résultats peut être questionnée, ils restent néanmoins de bons indicateurs. Il faut donc agir au niveau de l’offre proposée aux enseignants. C’est pourquoi notre Commission propose de prolonger, pendant les trois premières années d’exercice, la formation initiale par un accompagnement personnalisé, d’accroître l’autonomie pédagogique des établissements pour donner plus de responsabilités aux professeurs ou encore, d’instaurer une obligation de formation continue effective de cinq jours annuels. Un meilleur suivi et une plus grande écoute des attentes des professeurs peuvent déjà redonner du sens à la mission de transmission des savoirs pour laquelle les enseignants se sont engagés. Car les professeurs ont subi, sans concertation, une succession de réformes avec des perspectives d’évolution en deçà de leurs aspirations : c’est également ça, le « malaise enseignant« . Le Sénat sera prochainement saisi du projet de loi pour une école de la confiance. L’examen de ce texte devrait être l’occasion de traduire les propositions de notre Commission de la culture , de l’Éducation et de la Communication sur la formation des enseignants et la lutte contre la violence à l’école en manière législative. Le projet de loi consacre le rôle de l’enseignant dans « l’établissement du lien de confiance qui doit unir e-les élèves et leur famille au service public de l’éducation« . Mais comment peuvent-ils assurer cette mission si le lien de confiance est déjà rompu ?

En ce qui concerne le harcèlement scolaire, le Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a récemment lancé la campagne 2019 de lutte contre l’homophobie et la transphobie à l’école, destinée à sensibiliser les élèves des collèges et lycées aux conséquences du harcèlement. 18% des lycéens ou étudiants LGBT déclarent avoir été insultés l’année dernière. Nous devons prendre conscience que les réseaux sociaux donnent des proportions sans précédent à la diffusion des contenus haineux en milieu scolaire. La prégnance de ces réseaux virtuels dans la vie des jeunes facilite l’organisation et favorise la visibilité des actes violents. Le devoir des pouvoirs publics est de prôner une tolérance zéro vis-à-vis de la violence à l’école. Aujourd’hui, si la lutte contre le racisme et l’antisémitisme passe principalement par l’enseignement de la réalité des faits historiques et des valeurs républicaines, elle doit s’appuyer sur l’éducation aux médias et au numérique. Cette exigence de formation, je la formule dans mon Rapport « Prendre en main notre destin numérique : l’urgence de la formation« . J’y plaide pour un renforcement des moyens consacrés à l’éducation aux médias et à l’information, afin de donner à cet enseignement une place centrale dans le cursus scolaire.

Les initiatives lancées par le Ministre dans le cdre du Plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme sont louables, mais ne suffiront pas à endiguer le problème, si l’on ne s’attache pa à aider les élèves à se forger un esprit critique qui leur permet de discerner les infox et les propos haineux et de comprendre que ce monde de la toile recèle autant de pièges qu’une jungle. De même, le plan d’actions pour la protection de l’École, élaboré en réponse à #PasDeVague devra apporter des solutions de long terme s’il veut apaiser le climat scolaire actuel. Une prise de conscience collective s’est opérée depuis l’apparition du phénomène #PasDeVague. Elle doit désormais se traduire par des mesures concrètes pour améliorer les conditions d’exercice des enseignants et instaurer un climat rasséréné dans les salles de classe. La radicalisation de la violence à l’école pose enfin la question de la fragmentation de la famille dans la société et l’importance du cadre familial dans l’évolution et l’accompagnement de l’enfant. Il est indéniable que, vis-à-vis des parents et sa hiérarchie, le professeur a perdu la légitimité et la reconnaissance dont il jouissait autrefois. En attendant, il y a urgence à restaurer la confiance des enseignants.

Dans son rapport d’information #PasDeVague : la détresse des enseignants face à la violence scolaire, Catherine Morin-Desailly lève le voile sur une vision sans concession de la situation : déconsidération à l’égard de l’Institution scolaire, impréparation des enseignants à ces phénomènes, absence de véritable formation continue et, paradoxalement, très grande attente vis-à-vis de l’école d’une société en perte de repères. Le Rapport est disponible à l’adresse suivante : https://www.senat.fr/notice-rapport/2018/r18-226-notice.html