Propos autour de la Francophonie, de la langue française et de la diversité culturelle

Francophonie

  • « Nous acceptons comme francophones tous ceux qui sont ou semblent destinés à rester ou à devenir participants de notre langue. »

Onésime Reclus, Géographe du XIXème siècle.

  • « La Francophonie, c’est cet Humanisme intégral, qui se tisse autour de la terre : cette symbiose des énergies dormantes » de tous les continents, de toutes les races, qui se réveillent à leur chaleur complémentaire. »

Léopold Sédar Senghor, « Liberté 1 – Négritude et humanisme« , édition du Seuil, Paris, 2ème trimestre 1964, p.363.

  • « La Francophonie n’est pas, ce que d’aucuns nous reprochent, « le moyen d’assurer et de renforcer le colonialisme français dans le monde ou simplement de favoriser la domination de la culture française sur nos propres cultures ». La Francophonie est, et doit demeurer, la commune solidarité qui lie, par l’usage de la langue française, des millions et des millions de personnes, réparties sur tous les continents. La Francophonie, c’est l’usage de la langue française comme instrument de symbiose, par-delà nos propres langues nationales ou régionales, pour le renforcement de notre coopération culturelle et technique, malgré nos différentes civilisations. »

Extrait du discours du Président Senghor lors de sa visite au siège de l’AIF, le 19 septembre 1985.

  • « S’affirmer francophone, c’est refuser qu’au nom de la logique économique un seul modèle s’impose partout. »

Jacques Chirac, président de la République française, 1999.

  • « La Francophonie n’est pas une langue, mais une civilisation capable d’assurer l’avenir du monde. »

André Malraux, ministre français de la Culture, 1976.

  • « La Francophonie est le fruit de l’Histoire, une richesse culturelle pour tous les continents, un atout considérable pour la mondialisation. »

Dominique Wolton, directeur de recherche au CNRS (France), membre du Haut Conseil de la Francophonie, Hermès n°40 : « Francophonie et mondialisation » édition CNRS.

  • « La Francophonie imprègne l’homme tout en entier : elle est à la fois une manière de voir, de penser et de vivre. »

Charles Helou, Dictionnaire des citations sur la langue française et sur la Francophonie, Conseil général de la langue française, éditions Mermon, Paris, 1989.

La langue française

  • « La langue française constitue l’appoint à notre patrimoine culturel, enrichit notre pensée, exprime notre action, contribue à forger notre destin intellectuel et à faire de nous des hommes à part entière. »

Habib Bourguiba, président de la République tunisienne de 1957 à 1987.

  • « Le français continuera à vivre, non parallèlement, mais à côté et de manière tangente, bras dessus, bras dessous, avec les langues nationales.« 

Henri Lopes, écrivain congolais.

  • « Oui, j’ai une patrie : la langue française. »

Albert Camus, Carnets, éditions Gallimard.

La diversité culturelle

  • « Parce qu’elles sont naturellement des espaces de solidarité, les grandes aires culturelles et linguistiques, comme la Francophonie, ont vocation à ouvrir de nouvelles voies à la tolérance et à promouvoir l’indispensable dialogue des cultures. »

Kofi Annan, Secrétaire général de l’ONU, L’Orient et le Jour, octobre 2002.

  • « À mesure qu’on a plus d’esprit, on trouve qu’il y a plus d’hommes originaux. Les gens du commun ne trouvent point de différence entre les hommes. »

Blaise Pascal, Pensées, Bibliothèque de la Pléiade, 1954.

  • « Si les hommes, si les peuples ne sont pas différents, si ils ne produisent ou ne désirent que des bien identiques, que pourraient-ils bien échanger, sinon des babioles folkloriques ? Il en va de même pour les biens de l’esprit. Nous savons les effets de la Monoculture dans les pays qui ont cru qu’elle était la clef de la prospérité. Leurs terrains se sont épuisés, leur soumission aux spéculations du marché les a ruinés, et la misère s’y est accentuée. La mondialisation en une seule langue et sur un même schéma mental aurait un effet semblable ; elle stériliserait tout vitalité créatrice. D’où la nécessité, à côté et par delà les grands ensembles économiques, d’avoir de grands ensembles culturels fondés sur la pluralité des langages. Elle était prémonitoire, elle était prophétique, et elle s’avère salutaire, l’initiative prise par Léopold Senghor, soutenu par Habib Bourguiba, de fonder la Francophonie, cette communauté de pays, grands et petits, éparpillés sur la planète, mais liés entre par la pratique de la langue française. » « Discours sur l’état de la langue »,

par Maurice Druon, secrétaire perpétuel de l’Académie française, 2 décembre 1999.

  • « Il s’agit de construire un monde plus humain parce que plus complémentaire dans sa diversité. »

Léopold Sédar Senghor