La Francophonie en Tunisie

Déplacement à Tunis, Carthage et Sidi-Bouh-Saïd

C’est au cours d’un déplacement en République de Tunisie que le Viceprésident du Haut Comité a rencontré (en l’absence du ministre des Affaires Etrangères en déplacement dans les Emirats Arabes Unis) le Directeur général « Europe » au ministère des Affaires étrangères, M. Khemaies Jhinaoui, devenu depuis Ambassadeur de Tunisie à Moscou, ainsi que le Président de l’Office National du Tourisme tunisien, M.Mohamed Raouf Jomni.

Entretien à Tunis, au ministère des Affaires étrangères avec le Directeur général « Europe » M. Khemaies Jhinaoui, devenu depuis Ambassadeur de Tunisie à Moscou

Au cours d’un long entretien, M.Jhinaoui a fait part au Vice-président de son analyse :
« (…) le français est partie intégrante de la personnalité de la Tunisie pour des raisons évidentes et historiques. Les Tunisiens pratiquent évidemment de plus en plus d’autres langues comme l’anglais, mais le français reste, après l’arabe, notre langue d’enseignement et de culture. Concernant le projet franco-tunisien avec l’université Paris-Dauphine, il est en cours de finalisation. C’est une très bonne idée, beaucoup de tunisiens sont formés en France et maintenant c’est l’Université française qui vient à nous !
Cela permettra à nos étudiants de poursuivre leur cursus sur le sol français. Il ne faut pas que les formalités soient trop compliquées, autrement cela donne une mauvaise image, une impression de rejet.
Ce projet est donc une bonne initiative. Beaucoup de parlementaires ont des liens très proches avec la Tunisie qui tend toujours une main d’amitié et de coopération à la France, un partenaire privilégié. »
Il convient d’indiquer la convergence de vues avec la Présidente Annick du Roscoät qui a toujours considéré (notamment dans son discours au Sénat) que la francophonie était à ses yeux un vecteur d’intégration. La rencontre avec le Président de l’Office National du Tourisme de Tunisie a
complété cette analyse.

Le Président de l’Office National du Tourisme tunisien, M.Mohamed Raouf Jomni.

Le tourisme assure aujourd’hui 16% des revenus en devises du pays et les Français restent les premiers clients de la Tunisie avec près de 14 000 000 de touristes. Le secteur représente plus de 7% du PIB. Il génère près de 93 000 emplois directs et 278 000 emplois indirects.
Dans ce contexte, la pratique de la langue française représente un atout considérable et reconnu comme tel par le pouvoir tunisien. Il convient d’ailleurs de rappeler que la Tunisie a été l’un des pays à recevoir le Trophée des Renommées d’Or du Tourisme International, qui lui avait été décerné par le Comité de France, à la Présidence du Sénat français, en présence, notamment, du ministre du Tourisme Tunisien et de l’Ambassadeur de Tunisie en France. Enfin une visite du musée de Carthage et de Sidi-Bou-Saïd a clôturé le programme culturel du déplacement.