La place du français en Andorre

Par S.E. Imma TOR FAUS Ambassadeur d’Andorre en France, Déléguée permanente auprès de l’UNESCO, Représentante personnelle du Chef du Gouvernement, au Conseil Permanent de la Francophonie

La principauté d’Andorre, État de 80 000 habitants situé au coeur des Pyrénées entre la France et l’Espagne, dont le catalan est la seule langue officielle, est devenue en 2006 membre de plein droit de l’Organisation internationale de la Francophonie.Les liens historiques et institutionnels de la Principauté avec la France sont étroits : le Président de la République Française est l’un des deux Co-princes d’Andorre, avec l’évêque d’Urgell. Pour cette raison, le français a toujours occupé une place particulière dans notre pays.
Il faut néanmoins souligner que l’Andorre n’est pas restée à l’écart du phénomène de la mondialisation qui place l’anglais au coeur des échanges internationaux. La position fragile du français y est par ailleurs accentuée par la pression démographique : près de 50% de la population andorrane est de nationalité espagnole ou portugaise, alors que les Andorrans représentent 36% de la population et les Français, entre 6 et 7%. L’espagnol et, dans une moindre mesure, le portugais, sont des langues très parlées en Andorre, ce qui fragilise le français mais aussi, la langue nationale, le catalan. Malgré ces facteurs défavorables, une partie non négligeable de la
population andorrane est francophone, car notre pays de frontière, carrefour d’échanges de toutes sortes, s’efforce de construire son identité sur la diversité culturelle.

Les pouvoirs publics sont conscients que le français est l’une des composantes de l’identité andorrane et ils accordent une réelle importance à sa promotion. D’après les données de 2004, le français n’est la langue maternelle que de 10,7% de la population de l’Andorre. Cependant, 56,9 % des habitants d’Andorre ont une pratique aisée de cette langue, ce qui, compte tenu du fait que l’Andorre accueille chaque année un grand nombre d’immigrants en provenance essentiellement de l’Espagne et du Portugal, constitue une proportion considérable. L’enseignement du français est largement répandu en Andorre, pays qui se caractérise par une structure éducative publique plurielle composée par les systèmes andorran, français et espagnol, scolarisant chacun à peu près un tiers de la population scolaire. L’enseignement du français, tous systèmes confondus, concerne 80% de la population scolaire. Le système français scolarise 34% des élèves d’Andorre et les élèves y préparent le baccalauréat dans les mêmes conditions qu’en France. Les résultats à cette épreuve ont été en particulièrement brillants en 2006. Ils sont d’autant plus méritoires que seuls 8,19% des élèves de ce système sont d’origine française.

L’Ecole Andorrane est régie par le principe du plurilinguisme et le français est, avec la langue officielle, le catalan, l’une des langues véhiculaires, tout au long de la maternelle, du primaire et du collège. Le ministère de l’Éducation et de la Formation professionnelle souhaite y renforcer encore la place du français et une réforme du baccalauréat andorran vient d’être engagée, qui prévoit, avec un caractère obligatoire, des matières d’examen en langue française et des épreuves spécifiques de cette langue. Des actions pédagogiques conjointes ont été conduites entre les responsables des systèmes éducatifs français et andorran, qui ont permis, entre autres, la participation au Concours annuel de l’espace francophone et à la Semaine de la presse à l’école. Beaucoup de projets sont également en cours pour une meilleure présence du français dans l’enseignement supérieur andorran.

L’objectif du ministère andorran chargé de l’enseignement supérieur est de renforcer le plurilinguisme à l’Université d’Andorre, et l’un des moyens proposés consiste en l’introduction du français comme langue véhiculaire dans certaines matières, en cohérence avec les pratiques de l’enseignement primaire et secondaire du système andorran. Des efforts sont faits pour la promotion des études supérieures des Andorran dans des pays francophones. En février prochain va avoir lieu le Forum des métiers et de l’Enseignement supérieur en France et en Andorre, organisé déjà depuis plusieurs années.
L’enseignement du français est proposé en dehors du système scolaire, que ce soit dans des centres privés ou à l’intérieur de la structure éducative française avec les cours pour adultes proposés au Lycée Comte de Foix.

L’Alliance andorrano-française, créée en 2003, propose aussi des cours de français. Cette association est particulièrement active. Elle publie mensuellement L’Echo des Vallées, un magazine entièrement en langue française sur l’actualité française et andorrane. Dans les moyens de communication présents dans le pays, le français se maintient. La plupart des journaux français sont distribués en Andorre, tous les titres nationaux et les titres des régions les plus proches. La plupart des chaînes de télévision françaises sont présentes en Andorre. TV5 Monde également, à travers le câble. La situation du français en Andorre reste donc correcte, mais contrairement à ce qui se passait il y a quelques années, elle ne se renforce pas naturellement, par le poids de la démographie, du tourisme ou des échanges économiques. Des actions en faveur de la langue française dans les domaines éducatif et culturel doivent être menées et les pouvoirs publics en ont pris conscience.